Repas en commémoration du centenaire de l’armistice de 1918

Repas en commémoration du centenaire de l’armistice de 1918

Organisé par le football club de Quérénaing, un repas était donné samedi soir à la salle multi spectacles, en commémoration du centenaire de l’armistice de 1918. Environ 130 personnes étaient présentes pour cet hommage rendu à nos poilus, parmi lesquelles quelques amis allemands de Boke – Werner Berkemrier (responsable de la Kameradschaft – équivalent CATM – et son épouse Andréa, Josef Schäfermeyer – équivalent de M.Hervé Lainé – et Wolgang Uhling qui s’occupe de la page facebook allemande pour le jumelage) – venus spécialement pour commémorer l’armistice avec nous. La soirée a débuté par le mot d’accueil d’Alain Lefebvre, adjoint et président du football club de Quérénaing, qui a mis à l’honneur et remercié toutes les personnes qui ont contribué, de loin ou de près, à la réussite de cette soirée, notamment M.Szymanski et M.Honoré (les objets qui étaient exposés dans la salle leur appartenant en partie). Didier Joveniaux ensuite a pris la parole et a lancé la projection d’un film de
10 mn sur la vie des soldats dans les tranchées, ce fût un moment très poignant où l’on pouvait vivre le quotidien des soldats et leur vie très difficile, puisThéophile Maitte nous a lu une lettre d’une soldat français et celle d’un soldat allemand (lue également en allemand par Annabelle Draoui) à leur famille, autre instant très émouvant de par la lecture en elle-même mais également par le fait que les soldats étaient conscients de l’atrocité de ce qu’ils vivaient. A l’invitation de Didier Joveniaux, les personnes qui le souhaitaient, se sont rendues avec les enfants, au monument aux morts pour déposer 21 bougies en mémoire des 21 victimes civiles fusillées le 25 août 1914.
De retour à la salle, nous avons été accueilli par une « Madelon » jouée par l’orchestre « les copains d’abord » qui animait la soirée, avec en chef de groupe François Lorriaux, s’en sont suivis beaucoup d’airs des années 20, repris pour les plus connus, par toutes les personnes de la salle. Le repas, très simple, se voulait également d’époque avec vin chaud, ragoût de haricots, morceau de tarte au sucre.
Ce fût pour tous une très belle soirée, émouvante mais également très joyeuse.
Nous n’oublierons pas nos soldats et ce qu’ils ont fait pour nous.

Partager cette page sur les réseaux sociaux